Historique du Service du Déminage

Historique du Service de Déminage


Le 6 juin 1944

"Les sanglots longs des violons..", L'annonce du Débarquement du 06 juin ne laissait pas présager de la tâche complexe et oh! combien dangereuse qui se dessinait pour rendre la France Libre, le dernier acte préalable à toute mise en œuvre de paix allait se jouer...

 lire la suite...

 

HOMMAGE AUX MORTS EN OPERATION

Ils étaient Français, Portugais, Espagnols, Suisses, Serbes , Polonais, Allemands, Algériens..... avec un seul point commun:

VOLONTAIRES DEMINEURS ,

pour écrire le dernier acte de la Libération du Pays: Déminer la France.

Consultez le livre d'Or

Historique de la Formation au Déminage

Février 1945, L'école de CABOURG fut fondée par le Service du Génie Rural du Calvados avec dans un premier temps , des instructeurs militaires qui ont participé aux cours de GRIGNON.

Destiné à instruire les équipes de Déminage, trois instructeurs se relaient pendant trois semaines (18 jours) au bénéfice de 25 élèves au maximum.

 

lire la suite...

 

 

Historique du Monument du Ballon d'Alsace

Dès 1947, un petit groupe d’anciens du déminage voulant perpétuer la mémoire de leurs victimes au devoir, décidait l’érection d’un monument.
COLSON Roger, après avoir vaincu maintes difficultés administratives et autant d’inertie, constitua le 21 novembre 1949, un Comité Régional pour l’érection, d’un monument à la mémoire des volontaires démineurs morts pour la France dans les départements du Haut Rhin, des Vosges, du Doubs, de la Haute Saône, et dans le territoire de Belfort.

 

Lire la suite....

THANN

 

Un engin explosif datant de la Première Guerre mondiale a refait surface ce mercredi à Thann où un obus été découvert par un cueilleur de champignons dans le secteur du col du Grumbach.

 

L'engin pèse environ 120 kilos pour une longueur d'au moins 1 mètre pour 21 centimètres de diamètre. Il nécessite une attention particulière, car il pourrait contenir une substance chimique.

 

Depuis le début de l'après-midi, un gros déploiement de moyens en démineurs, pompiers, gendarmes, policiers municipaux, agents de la Brigade verte sont sur le pied de guerre. Un périmètre de sécurité a été mis en place pour interdir les chemins d'accès du secteur, fermés à toute circulation, notamment pour les promeneurs.

Partagez:

Le problème du Déminage

Nous ne parlerons pas des méthodes de déminage utilisées au cours même des combats. Le succès d'une opération dépend très souvent de l'enlèvement rapide des mines posées par l'ennemi.

On sera parfois obligé de sacrifier à cette rapidité la sécurité des exécutants.

Les méthodes à employer pour le déminage systématique de vastes étendues, en vue de permettre

au public d'y accéder de nouveau, doivent reposer sur les deux principes suivants:

  a) Tout doit être fait pour retirer du terrain la totalité des mines qu'il renferme;

  b) La sécurité du personnel démineur doit l'emporter sur la rapidité des opérations.

 lire la suite....

Le problème du Débombage

 A la fin de 1945, les Anglais avaient neutralisé plus de cinquante mille bombes de 50 kg et plus. En 1941, il y eut, dans Londres, jusqu'à mille bombes n'ayant pas fonctionné; et cela malgré l'activité des services de débombage qui détruisirent jusqu'à neuf cents bombes en une semaine, Il s'agissait, dans la plupart des cas, de simples ratés de fusées qui ne posaient pas de problème compliqué; mais les belligérants usèrent de plus en plus de bombes à retardement, de fusées à armement retardé et de fusées-piègées dont le démontage provoquait l'explosion. Les techniciens du débombage durent faire preuve d'une ingéniosité ....

 

Lire la suite...

Les mines marines

Pendant la première guerre mondiale (1914-1918), la mine sous-marine a joué un rôle de premier plan dans la stratégie du blocus et a constitué un des plus puissants moyens de destruction du commerce maritime. Pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1945), les Alliés comme les Allemands l'ont encore beaucoup perfectionnée et ont imaginé nombre d'engins nouveaux dont le mécanisme de mise de feu, fondé principalement sur le magnétisme des coques, le bruit des hélices ou la dépression causée par le mouvement même du navire, augmentait considérablement l'efficacité....

Lire la suite...